« Ancien rhumatisant, aujourd’hui je marche normalement… ». Dr Jason Théodosakis

Comment redevenir un NON rhumatisant…

Pour passer du stade de rhumatisant à celui de NON rhumatisant, la première chose à considérer est qu’il ne faut strictement rien changer dans le traitement prescrit par votre médecin. En effet, si cette solution qui vous est proposée aujourd’hui agit vite et même souvent très vite, dans la plupart des cas, un délai est nécessaire avant d’observer les premières améliorations c’est-à-dire, la diminution des douleurs avant leur probable complète disparition.

La deuxième chose à considérer est qu’il ne faut pas envisager de prendre de nouveaux médicaments. En effet, ceux que vous prenez actuellement suffiront jusqu’à ce que vous puissiez annoncer à votre médecin les améliorations sur vos douleurs décrites précédemment. N’oubliez pas que les médicaments favorisent l’encrassement des cellules.

La troisième et dernière chose à considérer est que le passage de l’état de rhumatisant à celui de NON rhumatisant se fera grâce à une action entreprise depuis l’extérieur vers l’intérieur de votre organisme parce qu’il est totalement inutile voir même dangereux d’ajouter de nouveaux médicaments à celui ou ceux que vous prenez actuellement.

À 70 ans, ce rhumatisant abandonne sa canne (3)

Norman Beck, Peoria, Arizona : « Je ne sais pas comment vous dire merci […] A 70 ans, je n’ai plus besoin de ma canne et je n’ai plus de douleurs non plus. […] »

Un prêtre (4)

Le Père Miles O’B. Reily de Belmont en Californie : « “ Cela fait juste deux semaines et déjà les changements sont spectaculaires ! Mes deux genoux sont beaucoup plus souples et plus forts. Je ressens moins de craquements dans mes articulations, moins de blocages et moins de souffrance. Je suis moins raide lorsque je sors de mon lit ou de ma voiture ou quand je me relève après m’être agenouillé à l’église. »

Il n’a plus besoin de se faire opérer (4)

Georges Baker, El Dorado, Missouri : « J’ai un genou qui m’a causé beaucoup d’ennuis depuis que je me suis blessé en 1936. 
« Mon médecin de famille m’a fait des ponctions et des injections à plusieurs reprises. Il m’a finalement envoyé chez un radiologue qui m’a dit qu’on ne pouvait que remplacer l’articulation.
» J’appréhendais l’opération car je savais que de nombreuses personnes âgées récupéraient péniblement et très lentement de telles interventions et qu’elles demeuraient plus ou moins handicapés. […] quand je vous ai vu à l’une de ces émissions de TV du matin.
» Je me suis empressé d’acheter votre livre et de commencer le traitement dès que j’ai pu l’obtenir. En trois semaines, mon genou s’était largement amélioré, et en six semaines il ne me gênait plus, voire même plus du tout. […]
» …Pour la première fois après toutes ces années, je ne souffre pratiquement plus. Je n’ai plus besoin ni de canne ni de me faire opérer. »
» Qu’auriez-vous fait à ma place ? Devant tant de résultats, je décidai de suivre les conseils contenus dans ce livre.
» Par principe, je montrai ce livre à mon médecin. Il m’a juste dit : “ Essayez, si cela ne vous fait pas de bien, cela ne peut pas vous faire de mal. (5) »