« Ancien rhumatisant, aujourd’hui je marche normalement… ». Dr Jason Théodosakis

La plupart des médicaments mis sur le marché sont, d’une façon ou d’une autre, de la fausse monnaie

Extrait de l’article Le scandale de l’industrie pharmaceutique publié par le journal Book, N° 4, Avril 2009. L’auteur est Melody Petersen, journaliste, qui a suivi l’industrie pharmaceutique pendant quatre ans pour le New York Times.

« La plupart des médicaments mis sur le marché sont, d’une façon ou d’une autre, de la fausse monnaie. Le médecin qui prescrit ne sait pas forcément ce qu’il fait. La raison ? Les décideurs du système de santé se laissent en grand nombre manipuler et corrompre par les groupes pharmaceutiques. […] »

Une phrase est particulièrement inquiétante dans ce dernier témoignage et qui concerne directement les rhumatisants : « Le médecin qui prescrit ne sait pas forcément ce qu’il fait. » Cela explique sans doute le scandale qui a été lié à la mise sur le marché d’un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien […]. Les informations qui suivent sont extraites du site Wikipédia : « Le Vioxx® et le Vioxx-Dolor® ont été retirés du marché en 2004 à cause de problèmes liés à un risque accru d’infarctus du myocarde (crise cardiaque). Une étude américaine a conclue que 27’785 décès et problèmes cardiaques pourraient avoir été causés par le Vioxx entre 1999 et 2004. […] Un essai clinique a été interrompu devant le quasi doublement du nombre d’infarctus du myocarde dans le groupe traité. Le plus gros problème est que les données sur l’augmentation des risques cardiaques étaient disponibles dès 2001, soit trois ans avant le retrait du médicament. Malgré tout, avec ce médicament dangereux, le fabricant a engrangé près de 2 milliards de dollars.

J’ai fait comme il était indiqué

« La première semaine, aucun changement. La deuxième toujours rien. Ce n’est qu’au milieu de la troisième que j’ai pu constater une légère amélioration.

» Quelque chose de spécial se passait en moi. Je sentais que mon corps reprenait vie. Au lieu d’être un seul bloc rigide, mes articulations recommençaient à bouger. Mes coudes, mes épaules, mes mains, mes hanches, mes genoux, mes chevilles répondaient à mes appels de mouvements. Et tout cela bougeait sans douleur, sans tiraillement, sans aucune gêne.

» J’avais la formidable sensation que tout mon corps avait à nouveau envie de bouger, de sauter, de courir. Imaginez que je pouvais à nouveau me baisser et même me plier en deux. C’était incroyable ! […]

» Aujourd’hui, je marche normalement. Je fais à nouveau mon ménage, ma toilette, ma lessive. Je fais de nouveau mes courses. […] Je travaille au jardin et, le plus merveilleux, je monte et je descends les escaliers sans aucune difficulté.

» …Et tout cela grâce à un traitement remarquable que ce médecin a eu l’idée géniale d’essayer sur ses propres douleurs. »

Cela marchera-t-il aussi pour vous ?

« À partir de ce jour, ma vie a changé. Je me souviens d’avoir invité mes amis pour un grand repas afin de les remercier de m’avoir soutenue durant cette difficile période.
» C’est moi qui ai tout préparé. Imaginez : j’ai déplacé des meubles, tiré des fauteuils. Je suis descendue à la cave chercher le vin. J’ai porté des bouteilles d’eau. Je suis montée au grenier chercher des chaises, puis au jardin pour couper des fleurs (à genoux…), etc.
» Bref, j’ai tout fait comme avant et je suis très heureuse d’avoir pu le faire toute seule sans l’aide de personne.
» Vous allez me dire que ce ne sont là que des petites choses banales et sans importance. Vous avez raison. Mais quand on a vécu aussi longtemps avec comme seul horizon un lit, un fauteuil et un canapé, ces petites choses de rien du tout deviennent des sources de joie immense quand on peut à nouveau les faire et sans aucune douleur.
» …Ce n’est que quand j’ai été certaine que mes douleurs ne revenaient pas que j’ai accepté de vous donner mon témoignage. Je me suis dit que si cela avait marché pour le Dr Théodosakis et pour moi, cela pouvait aussi marcher pour tous ceux qui ont des douleurs rhumatismales. » Françoise B.